Publié le 12 avril 2011
Tags : VIDEOS , BOB MARLEY

Cet article sur Facebook

VOIR AUSSI...

Podcast Radio Laser


BOB MARLEY

Bob MARLEY (Robert Nesta Marley)

Né à Nine Mile, Saint Ann, Jamaique,
le 6 février 1945, décédé à Miami, Floride, Etas-Unis, le 11 mai 1981.

En 1962, il enregistre trois titres pour Leslie Kong du label Beverley’ s .
Deux 45 tours de ska sortent chez Beverley’s, l’un sous le nom de Robert Marley, Judge Not puis One Cup of Coffee , une reprise d’un succès country de Claude Gray.
Le 3eme �� Terror ��, qui parle du terrorisme meurtrier r ?�gnant dans les ghettos, ne sortira jamais.
Mais déjà avec ces trois titres, les trois thèmes qui reviendront dans son oeuvre sont là : spiritualité, amour et lutte sociale. Il a dix-sept ans et les deux 45 tours sortent aussi en Angleterre sur une jeune marque spécialiste en ska, Island, qui appartient au Jamaicain blanc Chris Blackwell.

Nesta Marley (pas encore rennomé Bob) et Bunny Livingston (dit Bunny Wailers) sont alors déjà rejoints par Winston Hubert "Peter Tosh" Mc Intosh, qui possède une vraie guitare et leur apprend à jouer. ( Il deviendront les Wailers)
Avec Junior Braithwaite (4 avril 1949- 2 juin 1999), ils forment un quatuor d’harmonies vocales modelé sur un groupe soul, les Impressions de Curtis Mayfield, qu’ils copient.

Leur énergique premier single ska, Simmer Down , chanté par Bob fin 1963 ou début 1964, apparait dans les listes des succès dans la presse d’avril 1964.

Accompagnés par les fantastiques Skatalites, ils enregistrent entre 1963 et 1965 une centaine de morceaux splendides pour Studio One :
Cry To Me , One Love , Love And Affection , mais aussi le And I Love Her des Beatles, et des adaptations du Like a Rolling Stone de Bob Dylan sous le nom de
Rolling Stone , du Do You Love Me des Contours sous le nom de Playboy , du I’ll Keep On Moving de Curtis Mayfield sous le nom de Rude Boy (repris sous le nom de Walk The Proud Land sur l’album Talking Blues), plusieurs autres reprises de soul et beaucoup de ska.

Le 10 f ?�vrier 1966, Nesta se marie avec Alpharita Consticia "Rita" Anderson, du trio des Soulettes que Bob Marley encadre chez Studio One.

Ils ont besoin d’argent et Nesta quitte l’isle pour rejoindre sa mère, qui s’est remariée aux Ets-Unis à Wilmington, Delaware, avec un Jamaicain, Mr Booker.

Après son départ début 1966 il n’enregistrera plus jamais pour Coxsone Dodd chez Studio One.

De plus en plus désespéré, après des auditions infructueuses début 1970 Bob contacte le producteur réalisateur Lee "Scratch" Perry, un ancien de chez Studio One avec qui les Wailers ont déjà enregistré.
Lee Perry a du succ ?�s ?� l’ ?�tranger avec sa marque Upsetter, distribu ?�e par la marque de disques anglaise Trojan appartenant également au jamaîcain Chris Blackwell.. Les trois Wailers travaillent alors avec Perry tout au long de 1970 et 1971 et gravent des chefs-d’oeuvre impérissables parfois co-signés Perry.

En octobre 1972, Bob a rencontré Chris Blackwell à Londres. Le producteur jamaicain lui a confié de quoi enregistrer un album pour sa marque anglaise Island, Catch a Fire.

En 1974 peter Tosh et bunny wailers quittent le groupe, le groupe se recentre donc autour de Bob avec Aston "Family Man" Barrett, (basse) Carlton "Carly" Barrett (batterie), l’Am ?�ricain Al Anderson (guitare), Alvin "Seeco" Patterson (percussions) et le trio I Three aux choeurs (Rita Marley, Judy Mowatt et Marcia Griffiths), qui comptent tous parmi les meilleurs musiciens de l’isle.

Le remarquable I Three apporte une couleur de choeurs féminins in ?�dite dans le reggae. Les trois chanteuses ont déjà derrière elle de solides carrières solo, avec plusieurs succès, en particulier Marcia Griffiths qui est une véritable vedette en Jamaïque. Elle avait même déjà enregistré un duo avec Bob en 1965 pour Studio One. Cette ?�quipe restera le groupe de scène de Marley jusqu’à la fin.

Marley voit sa carrière décoller grâce à Chris Blackwell qui produit ses albums tout en rajoutant des guitares rock afin de toucher un public plus large.

Le succès que rencontre Eric Clapton avec sa reprise de I Shot the sheriff de Marley paru sur l’album Burning en 1974, permet de populariser le reggae dans le monde.
En 75 il joue à Londres au Lyceum le 18 Juillet . Cette performance sera très vite commercialisée dans l’album Live et permettra à Marley d’atteindre le devant de la scène internationale.

merci à reggae .fr